UNIVERSITÉ DU TEMPS LIBRE

6 rue de Taulignan - 84000 Avignon

Tél. 04 90 85 88 00

Histoire de l'art

L'art grec

Chantal Duquéroux-Rozwens


La Grèce, berceau de la culture occidentale, a longtemps été sa référence absolue. Il est vrai que la littérature, la poésie, le théâtre, la philosophie, les Beaux Arts ont été de précieux exemples tout au long des siècles qui ont suivis, à partir desquels l’identité culturelle européenne s’est construite. Mais cette familiarité que l’occident a entretenue avec l’Antiquité « classique » depuis la Renaissance, n’a pas vraiment contribué à la compréhension de l’art grec. L’art a d’abord et pendant longtemps été lié en Grèce aux croyances religieuses. Tout ce qui était « beau » ne s’adressait qu’aux dieux. Ce n’est qu’au IVe siècle av. J.C., à la période hellénistique, que les palais des rois et les maisons des notables vont s’orner d’un luxe jusque là réservé aux dieux.

La conquête de l’Orient par Alexandre le Grand va provoquer l’extension de l’hellénisme à des peuples eux-mêmes héritiers de civilisations antérieures. Rome conquérante va par la suite propager un art riche et complexe, que l’on appelle plus grec mais hellénistique. Il faudra attendre les missions archéologiques de la fin du XIXe et début XXe pour commencer à mesurer l’ampleur de cet art remontant au IIe millénaire av. J.C.

L'art grec

Conférences avec vidéoprojection

les lundis de 14h à 16h

Présentation gratuite du cours
le 18.09.2017 à 14h

3 sessions de 8 séances chacune

1ère session :
2ème session :
3ème session :

Début le 02.10.2017
Début le 11.12.2017
Début le 19.02.2018

Coût de chaque session : 128 € (2x64)


La peinture classique

Chantal Duquéroux-Rozwens


Après l’immense production de la génération de Giorgio Vasari le XVIIe va développer une esthétique dont le maître mot sera la raison. La « Bella Maniera » avait fini par lasser et la jeune génération d’artistes avait l’ambition de retrouver la forme des maîtres de l’Antique, de s’orienter vers l’étude rigoureuse de la Nature. A Bologne vers 1590 les frères Carrache vont fonder une école et enseigner qu’un bon tableau doit répondre à des exigences précises, l’image représentée devant être claire, ordonnée, efficace. En dehors de tous courants artistiques, l’exceptionnelle peinture de Caravage à l’opposé des recherches des Carrache, allait provoquer de profonds remous.

Guido Reni, Le Guerchin, Le Dominiquin, formés à Bologne, diffusèrent le nouveau style des Carrache et s’imposèrent à Rome, où Nicolas Poussin arrive en 1624. Si l’Italie va s’orienter progressivement vers le Baroque en avançant dans le siècle, Nicolas Poussin va être à l’origine du « Paysage Idéal » et du grand Classicisme à la française, où se sont illustrés les plus grands maîtres du temps, Philippe de Champaigne, Claude Lorrain, Georges de La Tour, Pierre Mignard, Valentin de Boulogne.

La peinture classique

Conférences avec vidéoprojection

les mardis de 9h30 à 11h30

Présentation gratuite du cours
le 19.09.2017 à 10h

3 sessions de 9 séances chacune

1ère session :
2ème session :
3ème session :

Début le 03.10.2017
Début le 19.12.2017
Début le 20.03.2018

Coût de chaque session : 144 € (2x72)


Les Médicis

Histoire d'une dynastie européenne

Joëlle Saccoman


La conquête du pouvoir (1ère session)

La maison des Médicis, la plus célèbre et la plus prestigieuse d’Italie, est indissolublement liée à Florence, ville symbole de l’époque la plus brillante de la péninsule.

Cette famille aux facettes multiples a marqué l’histoire : non seulement elle a conditionné les époques qu’elle a traversées, mais aussi la civilisation dont nous avons hérité aujourd’hui. L’influence de ses membres a pesé, au cours des siècles, sur la culture européenne, exerçant sur l’art, la poésie, l’architecture, l’esthétique en général, les sciences et les mentalités un pouvoir considérable.

Cette première partie de programme propose d’étudier les fondements de l’humanisme de la Renaissance, de Cosme l’Ancien à Laurent le Magnifique.

Gloire et fin d’une famille de mécènes (2ème session)

Les Médicis eurent dans leur lignée des personnages brillants, contradictoires et inquiétants, géniaux et pervers, fantaisistes et avisés, généreux et abjects, lumineux et obscurs.

Cette deuxième partie continue la rétrospective, de Laurent le Magnifique, non le moins ambigu, entre splendeurs et actions méprisables, à deux papes, en passant par un grand-duc et deux reines de France !

Nous verrons que tous cultivèrent leur propre image à travers les innombrables chefs d’oeuvres et recherches qu’ils eurent coutume de commissionner avec compétence.

La dernière des Médicis, Anne Marie Louise, avec laquelle la dynastie s’éteint en 1743, eut l’ultime coup de génie de signer le « Pacte de Famille » par lequel les collections échappèrent à la dispersion, ayant pour obligation de ne pas quitter le patrimoine florentin et d’être ouvertes au public, pour notre plus grand bonheur.

Les Médicis

Conférences avec vidéoprojection

les lundis de 9h30 à 11h30

Présentation gratuite du cours
le 25.09.2017 à 11h

2 sessions de 12 séances chacune

1ère session :
2ème session :

Début le 02.10.2017
Début le 22.01.2018

Coût de chaque session : 189 € (3x63)


L'art moderne

Nathalie Lalliot


L’art moderne est une période charnière, qui marque la fin de l’art classique et annonce la naissance de l’art contemporain.

L’art moderne couvre globalement 2 périodes :

> De 1850 à 1900 : C’est l’émergence de la modernité. La révolution industrielle ainsi que l’apparition de la photographie et du cinématographe influencent considérablement les artistes. Ils découvrent de nouveaux supports et osent emprunter des sujets à la technologie industrielle. La beauté n’est plus l’apanage de l’Antique, mais descend dans la rue.

> De 1900 à 1960 : L’art fait sa révolution. Les salons ont perdu leur pouvoir au détriment des galeries. L’art ne s’adresse plus au jury, mais au public. Les scandales font rage, comme celui des « Fauves » au salon d’automne. L’art quitte les musées et envahit notre quotidien en prenant toutes les libertés.

L’art moderne est l’art de la transgression et de la rupture. Il serait difficile de chercher à comprendre l’art contemporain sans passer au préalable par l’étude de ce fabuleux mouvement qu’est l’art moderne et ses peintres emblématiques et subversifs comme Pablo Picasso, Marcel Duchamp ou Vladimir Malevitch.

Comprendre les peintures modernes demande, comme complément à notre sensibilité, un certain apprentissage du regard, un apprentissage qui nous aidera à nourrir notre réflexion, notre imagination et notre plaisir. Les peintres modernes ont ouvert un espace de liberté immense en nous proposant un nouveau langage, une autre réalité.

Libre à nous de chercher à comprendre, à aimer, à être troublés ou à refuser, car c’est avant tout le « regardeur qui fait l’œuvre » (Marcel Duchamp) !

L'art moderne

Conférences avec vidéoprojection

14 vendredis de 9h30 à 11h30

Présentation gratuite du cours
le 15.09.2017 à 10h

début le 12.01.2018

222 € (3x74)


Cinéma et arts visuels

Laura Vichi


De Buñuel à Lynch, de McLaren à Petrov, de Rohmer à Kubrick, de Godard à Kurosawa, de Clouzot à Storck, de Van Sant à Warhol, de Wenders à Greenaway, en passant par Hitchcock et d’autres réalisateurs, nous nous perdrons dans cet univers qui se nourrit d’histoire de l’art et déborde de la salle de cinéma pour se retrouver dans les salles de musée.

En quels termes a-t-on pu parler de « Godard  peintre » ? Quel est le rôle du cinéma pour certains artistes visuels et vidéastes. Est-ce que l’on peut considérer les films projetés dans les musées comme étant du « cinéma » ? Comment définit-on un film sur l’art ? Autant de questions parmi d’autres auxquelles nous essayerons de répondre.

Cinéma et arts visuels

Conférences avec vidéoprojection

12 jeudis de 10h à 12h

Présentation gratuite du cours
le 21.09.2017 à 10h

début le 01.02.2018

189 € (3x63)